Habitat

Les parcs de logements locatifs sociaux et de logements privés sont plus importants sur la ville-centre que dans les communes rurales, en termes de stock mais également d'effort de construction. Cependant, la croissance continue et maîtrisée de ces parcs permet un rééquilibrage progressif dans le temps.


■ Le parc social
■ Le suivi de la construction

Repères méthodologiques


Les données proviennent de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) de Picardie. Elles concernent le nombre de logements en fonction de leur typologie (c'est-à-dire de leur nombre de pièces) et de leurs localisations (c'est-à-dire de la commune où ils se trouvent).

En termes de typologie, les valeurs pour les logements de T1 et T2 ont été réunies. En effet, il s'agit de superficies similaires (catégories des petits logements) ciblant des foyers locataires quasiment identiques.

Hormis cette fusion, les données n'ont pas été retravaillées par les services de la communauté d'agglomération depuis leur transmission. Les données présentées sont donc brutes et intègres.

Les chiffres analysés sont ceux disponibles au 1er janvier 2014.


Etat des lieux : recensement du patrimoine social


Au 1er janvier 2014, la communauté d'agglomération comptait plus de 10000 logements locatifs sociaux (source : RPLS 2014). A ce jour, sur les 31 communes de l'agglomération, 21 disposent d’un patrimoine social appartenant à des organismes bailleurs.

Sur Beauvais, le parc relativement ancien : 75 % du parc a été construit avant 1990. Pour le reste de l'agglomération, en revanche, il est plus récent : 60 % a été construit après 1990.


Pour voir cette carte sur le site Carty, cliquez ici.

En nombre de logements locatifs sociaux, toutes typologies confondues, la première commune est la ville-centre avec 9420 logements sociaux, ce qui représente 94 % du parc total de l'agglomération.

Vient ensuite la commune d'Auneuil, avec 231 logements recensés en 2014, ce qui représente 39 % du parc social du secteur hors Beauvais. Cette proportion la positionne en véritable relais de la ville-centre en matière d’offre locative sociale.

La commune de Milly-sur-Thérain, en troisième position, comptabilise quant à elle, fin 2013, 65 logements, soit 11 % du parc de logements sociaux du secteur hors Beauvais.

Les 18 autres communes de l’agglomération ont toutes moins de 50 logements sociaux, dont 9 d’entre elles comptabilisent chacune 10 logements ou moins.

Ce parc de 10 logements sociaux ou moins est composé en moyenne pour 1/3 de logements T1 à T3 et pour 2/3 de logements T4 ou plus.

A l'échelle du territoire, ville-centre non comprise, en moyenne les logements T4 et plus représentent 57 % du parc locatif social.

Pour Beauvais, cette proportion est inversée : les T3 et moins représentent environ les 2/3 du parc, tandis que les T4 et plus n'en représentent qu’ 1/3 environ.

Cela peut en partie s’expliquer par le fait que la ville-centre ait développé ces dernières années une offre de logements adaptés à des publics spécifiques comme les étudiants, les personnes âgées, les personnes handicapées, qui se tournent plus facilement vers des logements de petite superficie et dont le loyer est plus adapté à leurs revenus.

Étant donné qu’elle concentre environ 95 % du logement locatif social de l'agglomération, cette proportion liée à la ville centre se répercute à l'échelle du territoire dans son ensemble.

Cependant, le PLH (programme local de l’habitat) en vigueur, validé en 2010, a fixé des objectifs de construction de logements sociaux par commune et à 6 ans, pour Beauvais, les bourgs-ruraux et les bourgs-relais (la classification « ville-porte » n'ayant pas été identifiée dans ce document). Ils visent à rééquilibrer l’effort de construction entre la ville-centre et les villages de l’agglomération, ainsi qu’au développement d’une offre sociale qui permettrait de mieux répondre à la fois aux besoins des familles du territoire et au besoin de fluidification de leurs parcours résidentiels, à savoir une typologie moyenne à grande (T3, T4).

En 2013, l'évaluation du PLH à mi-parcours a révélé que les communes de l’agglomération, hors Beauvais, avaient déjà dépassé leur objectif de construction à 6 ans, en nombre de logements autorisés de 2010 à 2012 inclus. La poursuite de la dynamique amorcée sur les villages devrait donc, à terme, renforcer le rééquilibrage avec la ville-centre et la proportion de logements T3 et plus.


Pour en savoir plus : les informations relatives à la localisation des biens locatifs des bailleurs sociaux sont disponibles à la parcelle dans ArcOpole, avec l'application « observatoire de l'habitat ».

L'accès à ces données est réservé aux personnes autorisées par l'administrateur de l'observatoire.

Ces informations peuvent être visualisées en cochant la case « RPLS » dans la légende.

Repères méthodologiques


Les données concernant les autorisations de construire sont issus du service application du droit des sols (ADS) de la ville de Beauvais. Elles ne concernent que les autorisations délivrées en 2012 pour les projets de logements sur la ville centre. L'analyse pourra progressivement être étendue à l'échelle des autres communes de l'agglomération à partir de 2015, avec la création d'un service ADS à l'échelle de l'agglomération.

Deux types d'autorisations ont été délivrés pour les projets de logements : les constructions de logements neufs et le changement de destination de biens bâtis ou la division de logements existants. Il est à noter qu'une autorisation de construire peut concerner la création de plusieurs logements.

Les données relatives à la construction de logements pour Beauvais ont été traitées par quartier, selon la même approche que pour les prix moyens au mètre carré.

Analyse des évolutions constatées

Pour voir cette carte sur le site Carty, cliquez ici.

A l'échelle de la commune de Beauvais, en 2012, 393 logements ont été autorisés, pour une surface totale de plancher habitat de 27172 mètres carrés.

Les permis ont été délivrés à travers 30 autorisations de construire et 15 changements de destination de bâtiments ou de division de logements existants.

Au moins une autorisation de construire a été délivrée par quartier.

Le quartier sur lequel le moins d'autorisations ont été accordées est Argentine, avec un seul logement, d'une surface de 132 mètres carrés.

A l'inverse, celui où le plus d'autorisations ont été délivrées est Voisinlieu, avec 29 logements pour 8 projets et un total 2293 mètres carrés de surface plancher habitat.

Mais c'est Saint-Jean, avec 200 logements, pour 13900 mètres carrés de surface de plancher et 5 permis de construire accordés qui comptabilise le plus de logements autorisés.

En effet, Saint-Jean a bénéficié d'un projet de rénovation urbaine (PRU) entre 2007 et 2012. De par une convention passé notamment entre la ville, l'agglomération et l'agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), le PRU a permis au quartier Saint-Jean de bénéficier de plus de 6 millions d'euros pour réhabiliter, résidentialiser et reconstruire des logements.

De plus, 3 quartiers sont concernés par des créations de logements issues de changements de destination de biens bâtis ou de divisions de logements existants :

• Saint-Just-des-Marais, avec un seul logement créé ;
• Notre-Dame-du-Thil, avec 4 logements créés ;
• le centre-ville, avec 10 logements créés.

Le programme local de l'habitat fixe pour Beauvais un objectif de 667 logements par an, dont 350 destinés à renouveler le point mort.

Le point mort correspond au nombre de logements qu'il faut produire sur une année pour absorber le desserrement résidentiel, c'est-à-dire la diminution de la taille moyenne des ménages.

Une production de logements en-deçà du point mort signifie que la commune perd des habitants.

Beauvais a construit 393 logements en 2012, soit 59 % de son objectif annuel moyen du PLH. Ce rythme de construction permet le renouvellement du point mort et une croissance démographique lente mais maîtrisée.


Pour en savoir plus : les informations relatives aux autorisations de constructions accordées sur Beauvais sont disponibles dans ArcOpole, avec l'application « observatoire de l'habitat ».

L'accès à ces données est réservé aux personnes autorisées par l'administrateur de l'observatoire.

Ces informations peuvent être visualisées en cochant la case « construction logements » dans la légende.

Des informations complémentaires (date de dépôt du dossier, date de l'arrêté d'autorisation, nombre de logements, typologie de la construction, etc.) peuvent être obtenues en sélectionnant les constructions concernées puis en double-cliquant dessus.